Exotisme militaire français. Gommes marocaines

Exotisme militaire français. Gommes marocaines
Exotisme militaire français. Gommes marocaines
Anonim
Exotisme militaire français. Gommes marocaines

Les formations les plus exotiques de l'armée française étaient bien sûr les goumiers marocains - des unités auxiliaires, qui étaient principalement desservies par des berbères marocains vivant dans les montagnes de l'Atlas (les montagnards du récif se trouvaient sur le territoire contrôlé par l'Espagne).

Image

Le général de brigade Albert Amad, qui était alors à la tête du corps expéditionnaire français au Maroc, fut l'initiateur du recrutement des Berbères.

Image

Les autorités françaises, ayant déjà une longue expérience dans l'utilisation d'unités militaires « indigènes », écoutent l'avis du général, et en 1908 les premiers détachements de gumiers sont recrutés.

Image

Il existe deux versions de l'origine de ce mot. Le premier soutient que le nom est dérivé du mot maghrébin "gum" (arabe maghrébin "gūm", arabe classique qawm), signifiant "famille" ou "tribu". Selon le second, moins vraisemblable, le mot vient du verbe arabe maghrébin « se tenir debout ».

Dans l'armée française, ce mot a commencé à appeler des détachements de 200 personnes, qui, à leur tour, formaient un "tabor" (3-4 "gencives"), et trois "camps" s'appelaient un "groupe" - c'est-à-dire nous parlent d'analogues d'une compagnie, d'un bataillon et d'une étagère.

Au début, les gumiers portaient un costume traditionnel berbère, dont les turbans et les capes rayées grises ou brunes avec une capuche - djellabe - sont restés plus tard.

Image

Une autre caractéristique qui distinguait les gumiers des autres pièces était le poignard marocain incurvé, qui est devenu un symbole de leurs connexions.

Image

Plus tard, certaines unités de combat créées sur le territoire du Soudan français (Haute-Volta et Mali) ont également été appelées gumiers, mais elles n'ont pas laissé de trace particulière dans l'histoire, et donc, lorsqu'elles parlent de gumiers, les féroces montagnards berbères du Maroc ont tout de suite apparaître.

Pendant trois ans, les gumiers étaient des mercenaires, depuis 1911 il fait partie de l'armée française, leurs commandants étaient des officiers des bataillons algériens de tyrallers et de spags.

Contrairement à d'autres formations « indigènes », les gumiers ne sont jamais devenus des soldats à part entière de l'armée régulière. Ils sont restés fidèles à leurs traditions tribales, qui ont plus d'une fois terrifié non seulement leurs adversaires, mais aussi les Français eux-mêmes. C'était une pratique courante de couper les oreilles, le nez et la tête des captifs comme preuve de masculinité et de courage. Les sanctions disciplinaires pour une telle inconduite se sont avérées inutiles. C'est pourquoi les unités Gumier, malgré les lourdes pertes des troupes françaises, n'ont pas été utilisées pendant la Première Guerre mondiale en Europe, mais les spahi marocains ont parfois été confondus avec eux. Par exemple, la photo ci-dessous est souvent signée: "Gumiers marocains en Flandre". Mais c'est exactement le spahi.

Image

Cette photographie de 1915 est signée: " Gumier en France ".

Image

Et encore une fois, c'est du spag marocain. Comparez-le avec un vrai gumier:

Image

Mais les autorités françaises ont volontiers utilisé les gommes berbères pour pacifier les tribus récalcitrantes, particulièrement réussies (et cruelles) ont été leurs actions pendant la guerre du Rif. Les soldats de l'armée de l'émir-président Abd al-Krim al-Khattabi ne les ont pas épargnés non plus, et ce de 1908 à 1934. au Maroc, plus de 12 mille gumiers (12 583 selon les données françaises) ont péri sur 22 mille - plus que pendant la Seconde Guerre mondiale.

Gumiers marocains en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les gumiers se sont néanmoins retrouvés en Europe. Rappelons que de Gaulle a alors obtenu deux « tabors » (bataillons) de ces Marocains. Plus tard, de nouveaux « camps » et « groupes » (régiments) ont été recrutés.Dans un premier temps, ils ont participé aux combats contre les troupes italiennes en Libye (1940) et les troupes allemandes en Tunisie (ils ont participé à la prise de Bizerte et de la ville de Tunis en 1942-1943).

Image

Ensuite, les unités Gumier ont été transférées en Italie.

Au total, il y avait quatre groupes marocains de gumiers en Italie, comptant environ 12 000 personnes. Ils ont été utilisés pour la reconnaissance en force, les raids de sabotage, ainsi que dans les batailles dans les zones au terrain difficile, principalement dans les montagnes.

Le quatrième camp de gumiers, rattaché à la First American Infantry Division, participa à l'opération de débarquement en Sicile (Opération Husky, juillet-août 1943). D'autres formations en septembre 1943 dans le cadre de l'opération Vésuve étaient sur l'île de Corse.

Image
Image
Image
Image

Enfin, en novembre 1943, les unités gumier sont déployées en Italie. Ils se montrèrent très bien lors de la traversée des monts Avrunk (mai 1944), mais ils étaient "célèbres" principalement pour leur incroyable cruauté, et pas seulement envers les Allemands, mais aussi envers les civils des régions "libérées".

Marocchine

En Italie, ils se souviennent encore de nombreux cas de meurtres, de braquages, ainsi que de viols en masse de femmes, voire de filles (à partir de 11 ans) et d'adolescents par les gumiers des régiments marocains. Événements 1943-1945 en Italie, on l'appelle souvent guerra al femminile ("guerre avec les femmes"), mais cette phrase émouvante et accrocheuse ne décrit pas complètement les événements qui se sont déroulés: après tout, les femmes ne sont pas les seules à souffrir des actions des Marocains. Une définition plus correcte (et officielle) des atrocités des gumiers est le marocchinate.

Il est arrivé au point que les combattants de la Résistance italienne, oubliant les Allemands, ont commencé à se battre avec les Gumier, essayant d'en protéger les habitants des villes et villages environnants.

Image
Image

Les premiers cas de viols de femmes italiennes par des gumiers remontent au 11 décembre 1943. Déjà en mars 1944, le nombre d'incidents impliquant des Marocains est devenu tel que les résidents locaux se sont tournés vers Charles de Gaulle, qui est alors arrivé sur le front italien, avec une demande de les expulser d'Italie - cet appel a été ignoré par de Gaulle. Mais c'étaient encore des "fleurs". Les Italiens ont vu les "baies" en mai 1944, quand, avec la participation active des Gumier, la région de Monte Cassino, située à environ 120 km au sud-est de Rome, a été "libérée".

Image

Ici, la soi-disant "ligne de Gustav" défensive est passée et des batailles sanglantes se sont déroulées.

Image

Le général français Alphonse Juen (qui commandait le corps expéditionnaire de la France Combattante en Afrique du Nord, il travaillait avec les Marocains depuis l'hiver 1916) décida de motiver en plus les gumiers et parvint à trouver les « mots justes »:

"Soldats! Vous ne vous battez pas pour la liberté de votre terre. Cette fois je te le dis: si tu gagnes la bataille, tu auras les meilleures maisons du monde, des femmes et du vin. Mais pas un seul Allemand ne devrait survivre ! Je dis cela et je tiendrai ma promesse. Cinquante heures après la victoire, vous serez absolument libre de vos actions. Personne ne vous punira plus tard, quoi que vous fassiez."

Image

Ainsi, il s'est en fait rendu complice de nombreux crimes de ses subordonnés, mais n'a encouru aucune sanction pour cela. En 1952, Juen est promu maréchal de France et, après sa mort en 1967, est enterré à la Maison des Invalides de Paris.

Les atrocités des gumiers ont commencé le 15 mai 1944. Dans la seule petite ville de Spinho, ils ont violé 600 femmes et tué 800 hommes qui tentaient de les protéger.

Dans les villes de Ceccano, Supino, Sgorgola et les villes voisines, 5418 viols de femmes et d'enfants ont été enregistrés (dont beaucoup ont fait l'objet de violences à répétition), 29 meurtres, 517 vols. Certains des hommes ont été castrés.

Même l'écrivain marocain moderne Tahar Ben Gellain a écrit à propos des gumiers:

"C'étaient des sauvages qui reconnaissaient la force, aimaient dominer."

Le rapport officiel britannique de ces années déclare sèchement:

« Des femmes, des filles, des adolescents et des enfants ont été violés dans la rue, des hommes ont été castrés… Des soldats américains sont entrés dans la ville juste à ce moment-là et ont tenté d'intervenir, mais les officiers les ont arrêtés en disant qu'ils n'étaient pas là et que les marocains nous avaient fait cette victoire".

Le sergent américain McCormick a rappelé les événements de ces jours:

« Nous avons demandé à notre lieutenant Bazik quoi faire, ce à quoi il a répondu: « Je pense qu'ils font ce que les Italiens ont fait avec leurs femmes en Afrique. »

Nous voulions ajouter que les troupes italiennes ne sont pas entrées au Maroc, mais on nous a ordonné de ne pas intervenir.»

Beaucoup ont été choqués par le sort de deux filles, sœurs de 18 et 15 ans: la plus jeune est décédée des suites d'un viol collectif, l'aînée est devenue folle et a été internée dans un hôpital psychiatrique jusqu'à la fin de sa vie (pendant 53 ans).

De nombreuses femmes ont alors été contraintes d'avorter, et encore plus - ont été soignées pour des maladies sexuellement transmissibles.

Ces événements sont mentionnés dans le roman "Chochara" d'Alberto Moravia, plus tard deux films ont été tournés: "La ciociara" ("Chochara", parfois traduit par "Femme de Chochara" ou "Deux femmes", réalisé par Vittorio de Sica) et "Livre blanc" (John Houston).

Le premier d'entre eux est mieux connu, ayant reçu de nombreux prix et récompenses internationaux, le rôle principal dans celui-ci a été glorifié par Sophia Loren. En 1961, elle reçoit trois prix de la meilleure actrice: New York Film Critics Society, David di Donatello (Italian National Film Awards) et Silver Ribbon (Association nationale italienne des journalistes de cinéma). Et en 1962, Lauren a reçu l'Oscar de la meilleure actrice (elle est devenue la première actrice à recevoir ce prix pour un film qui n'est pas en anglais), et la British Academy of Film and Television Arts (BAFTA) l'a nommée meilleure actrice étrangère.

Image

Et voici « le communiste Jean-Paul Belmondo, fusillé par les Allemands » (avez-vous reconnu le « bel homme » bien-aimé en URSS ?) dans le rôle de Michele Di Libero, l'époux de la fille de l'héroïne Sophia Loren:

Image

Ciociaria est une petite région de la région du Latium, dont les natifs étaient mère et fille, dont le destin est raconté dans le roman Moravia et le film de Vittorio de Sica: en rentrant de Rome, ils ont passé la nuit dans une petite église de la ville et ont été violées par des gumieres - "libérateurs"…

Les atrocités des gumiers marocains se sont poursuivies dans d'autres régions d'Italie. E. Rossi, 55 ans, qui vivait dans la ville de Farneta (région de Toscane, à environ 35 km de la ville de Sienne), a témoigné lors d'une audience à la chambre basse du Parlement italien le 7 avril 1952:

« J'ai essayé de protéger mes filles de 18 et 17 ans, mais j'ai été poignardée au ventre. Saignant, j'ai regardé comme ils ont été violés. Un garçon de cinq ans, ne comprenant pas ce qui se passait, s'est précipité vers nous. Ils ont tiré plusieurs balles dans le ventre et l'ont jeté dans un ravin. L'enfant est mort le lendemain."

Les témoignages de ce genre sont nombreux et il est très difficile de les lire.

Les actions laides des Gumier provoquèrent l'indignation du pape Pie XII, qui en juin 1944 envoya à de Gaulle une protestation officielle et une demande de n'envoyer que des "troupes chrétiennes" à Rome - et reçut en retour des assurances de "sincère sympathie". La seule tentative de De Gaulle pour stabiliser la situation fut un ordre d'augmenter le nombre de prostituées dans les lieux de déploiement des troupes africaines, mais elle ne fut pas exécutée non plus: il n'y avait pas d'Italiens qui voulaient volontairement aller à la boucherie des Marocains.

Il est juste de dire que certains commandants alliés ont tenté de rétablir l'ordre dans les territoires qu'ils contrôlaient. Certains violeurs ont été abattus - sur les lieux du crime ou sur décision de justice (le nombre exact de ces personnes abattues est encore inconnu). D'autres ont été arrêtés et condamnés aux travaux forcés (ainsi le général français Alphonse Juen, qui a « béni » ses subordonnés pour les vols et la violence, n'a pas tenu parole).

Après la fin de la guerre (1er août 1947), le gouvernement italien, passé du côté des alliés, se tourne vers la France pour demander d'enquêter sur les agissements des Gumier.Les Français ont d'abord déclaré que les Italiens, "non chargés de morale", par leur comportement eux-mêmes "provoquaient" les Marocains musulmans, mais sous l'influence de nombreuses preuves ils ont accepté de payer des sommes insignifiantes (de 30 à 150 mille lires) pour chaque citoyen italien qui a réussi à prouver le fait de la violence, mais pas à eux personnellement: les réparations ont été réduites de ce montant.

En Italie, il existe toujours une Association nationale des victimes du Marocchinate. Le 15 octobre 2011, le président de cette association, Emiliano Ciotti, a déclaré:

« D'après les nombreux documents recueillis aujourd'hui, on sait qu'au moins 20 000 incidents de violence ont été signalés. Ce nombre ne reflète toujours pas la vérité - les rapports médicaux de ces années indiquent que les deux tiers des femmes qui ont été violées, par honte ou par pudeur, ont choisi de ne rien signaler aux autorités. »

L'Association a fait appel à la Cour internationale à trois reprises (en 1951, 1993 et ​​2011), exigeant une enquête objective sur les événements de ces années et le paiement d'une indemnisation adéquate aux victimes, toutes ces tentatives ont été infructueuses.

En conséquence, les habitants de la ville de Pontecorvo ont brisé un monument aux Gumières « libératrices », et lorsqu'une stèle commémorative en l'honneur des Marocains tombés au combat a été érigée au nom de la France, une tête de cochon y a été jetée.

Achèvement de l'histoire des gumiers marocains

Les Gumier continuèrent à se battre. Depuis la fin de 1944, ils ont déjà combattu sur le territoire de la France, et ici, bien sûr, ils n'avaient pas le droit de voler et de violer. On a noté, par exemple, leur participation à la libération de Marseille.

Image
Image

Fin mars 1945, l'une des unités Gumier est la première de l'armée française à entrer en Allemagne par le côté de la ligne Siegfried.

On estime que pendant la Seconde Guerre mondiale, 12 000 gumiers marocains étaient constamment dans les « Forces françaises libres » (et un total de 22 000 personnes ont participé aux hostilités). Selon les données françaises, 1 638 d'entre eux ont été tués (dont 166 officiers et sous-officiers), environ 7 500 ont été blessés.

Après la fin de la guerre, les gumiers ont été renvoyés au Maroc, où ils ont été utilisés pour le service de garnison. De 1948 à 1954 trois "groupes de camps marocains d'Extrême-Orient" (neuf camps) se sont battus au Vietnam, ayant perdu 787 personnes tuées (dont 57 officiers et sous-officiers).

En 1956, après la proclamation de l'indépendance du Maroc, toutes les unités des gumiers sont allées au service royal - plus de 14 000 personnes. Beaucoup d'entre eux sont en fait devenus gendarmes, remplissant les fonctions de maintien de l'ordre et de « pacification » des tribus berbères.

Image

Populaire par sujet