LRPF, alignement avec Iskander

LRPF, alignement avec Iskander
LRPF, alignement avec Iskander
Anonim

Depuis le début des années 90, les forces armées américaines exploitent le système de missile opérationnel-tactique ATACMS avec plusieurs modifications des missiles MGM-140 et MGM-164. Ces armes peuvent être utilisées pour détruire des cibles à des distances allant jusqu'à 300 km à l'aide d'ogives à fragmentation hautement explosive ou à fragmentation. Malgré des caractéristiques plutôt élevées, le système ATACMS n'est plus pleinement satisfait des opérateurs. En conséquence, le Pentagone a initié le développement d'un nouveau système d'une classe similaire. Actuellement, le programme prometteur s'appelle LRPF.

Le complexe existant ATACMS (Army Tactical Missile System - « Système de missile tactique de l'armée ») est un raffinement des systèmes de fusées à lancement multiple M270 MLRS et HIMARS en service. L'essence de cette révision était d'équiper le MLRS d'une nouvelle munition guidée avec une portée de tir élevée et une ogive relativement lourde. Cette approche de la création d'un système de missile opérationnel-tactique a permis de réaliser certaines économies du fait de l'absence de nécessité de construire des lanceurs automoteurs conçus spécifiquement pour fonctionner avec de nouveaux missiles. En outre, une grande flexibilité a été fournie pour l'utilisation des équipements existants et de construction.

Image

Apparition possible de la fusée LRPF. Tiré de la présentation sur le développement du MLRS

Il y a quelque temps, la direction militaire américaine est arrivée à la conclusion qu'il fallait poursuivre le développement des systèmes de missiles tactiques opérationnels. Le complexe ATACMS en service peut toujours être exploité par des troupes, mais ses caractéristiques peuvent déjà être insuffisantes pour résoudre les missions de combat existantes. Le résultat de cette évaluation de la situation actuelle a été le démarrage du programme LRPF (Long Range Precision Fires). Les principales exigences des développements prometteurs qui devaient apparaître au cours de ce programme étaient d'augmenter la portée et la précision du tir par rapport aux missiles disponibles.

Plusieurs grandes entreprises de défense aux États-Unis ont proposé leur vision d'un projet prometteur. Les spécialistes militaires ont analysé les avant-projets proposés et ont pris leur décision. À la mi-mars 2016, il a été annoncé que le Pentagone avait choisi le projet Raytheon. C'est elle qui s'est vu confier le développement d'armes prometteuses destinées au futur remplacement des systèmes existants. De plus, Lockheed Martin participera au projet LRPF. Elle doit réaliser une partie des travaux de création de certains composants d'un système de missile prometteur.

Apparemment, l'une des raisons pour lesquelles le projet Raytheon a remporté le concours du ministère de la Défense était l'approche de l'architecture générale du système de missile opérationnel-tactique et de la création de nouvelles options d'armes. Les auteurs du nouveau projet ont décidé à juste titre que les missiles MGM-140 et MGM-164 existants ont un potentiel de modernisation limité, ce qui ne résout pas complètement tous les problèmes existants. A cet égard, sur la base des munitions disponibles, seuls des missiles peuvent être fabriqués, ce qui ne sera qu'une solution temporaire. Pour une solution complète des tâches assignées, il est nécessaire de développer une toute nouvelle arme. De plus, le projet LRPF de Raytheon emprunte certaines idées à ATACMS.Ainsi, il est proposé d'abandonner la création d'un nouveau lanceur et de développer une fusée en tenant compte de la compatibilité avec les machines M270A1 et HIMARS.

LRPF, alignement avec Iskander

Lancement d'une fusée ATACM avec un lanceur automoteur M270. Photo Wikimedia Commons

En utilisant des idées similaires, Raytheon a proposé de développer un missile opérationnel-tactique prometteur avec des caractéristiques accrues, capable de remplacer les produits du complexe ATACMS. Selon les études préliminaires du projet, dont des informations ont été publiées l'année dernière, l'apparence proposée du système de missile permet une portée de tir d'au moins 300 km en utilisant une ogive du type souhaité pesant au moins 200 livres (de 90 kg). Pour augmenter l'efficacité de la frappe, il a été proposé d'utiliser, tout d'abord, une ogive à fragmentation. Dans le même temps, il sera possible d'utiliser des armes à tout moment de la journée, quelles que soient les conditions météorologiques.

Grâce à l'utilisation de technologies, de matériaux et d'assemblages modernes, il a été possible de réduire la taille et le poids de la fusée sans en détériorer les caractéristiques principales. Conformément aux calculs préliminaires, les dimensions transversales du nouveau missile LRPF se sont avérées telles que deux produits pouvaient être placés dans un conteneur standard utilisé par les lanceurs de systèmes de lancement de fusées multiples. Grâce à cela, le véhicule M270A1 a la capacité de transporter et de lancer quatre nouveaux types de missiles, HIMARS - deux. A titre de comparaison, les missiles de la famille ATACMS ont un calibre de 610 mm, c'est pourquoi une seule unité de ces armes peut être placée dans un conteneur standard.

L'apparition proposée d'un système de missile prometteur a pleinement satisfait le client, ce qui s'est traduit par l'émergence d'un contrat pour le développement d'un projet à part entière. Il n'y a pas si longtemps, fin août, Raytheon a reçu un autre contrat précisant certains des détails de conception. Elle fixe notamment un délai de 9 mois pendant lequel les premiers résultats des travaux de conception doivent être présentés. La valeur du contrat est de 5,7 millions de dollars. Passé l'échéance, le projet LRPF entrera dans une nouvelle étape, qui l'amènera au stade des essais de conception de vol.

Pour des raisons objectives, la société-développeur du complexe LRPF n'est pas pressée de publier des données détaillées sur l'aspect technique ou les caractéristiques exactes du système de missile prometteur. Néanmoins, même au stade des travaux préliminaires, Raytheon a révélé certaines caractéristiques du futur projet et a également annoncé ses intentions. Toutes ces informations, qui sont apparues plus tôt, ne permettent pas d'établir pleinement l'apparence de la nouvelle fusée, cependant, elles permettent d'imaginer à quoi elle ressemblera une fois les travaux de conception terminés. De plus, une certaine idée d'un produit prometteur est donnée par des dessins représentant une apparition possible d'une fusée.

Image

Dépliant du projet LRPF. Raytheon / Raytheon.com

Dans les figures publiées, un missile opérationnel-tactique prometteur est représenté comme un produit avec un corps cylindrique de grand allongement, un carénage de tête ogival ou conique et une queue basée sur des plans trapézoïdaux. Les dimensions de la coque, pour des raisons évidentes, sont encore inconnues, mais on peut dire sans risque de se tromper que la longueur totale de la fusée LRPF ne dépassera pas 4 mètres. Sinon, les munitions ne rentreront tout simplement pas dans le volume d'un conteneur standard utilisé par l'American MLRS. Les roquettes non guidées des systèmes M270 et HIMARS ont un calibre de 227 mm, ce qui permet de placer deux rangées horizontales de trois guides roquettes dans chacun des conteneurs. Dans le même volume, un seul missile opérationnel-tactique ATACMS de 610 mm tient. Ainsi, pour installer deux guides dans un conteneur standard, la fusée LRPF doit avoir un diamètre maximum ne dépassant pas 340-350 mm, et être également équipée d'avions pouvant être déployés en vol. Les paramètres de poids d'un produit ne peuvent pas être estimés avec une précision acceptable en utilisant uniquement les informations disponibles.

Dans l'un des documents relativement anciens sur le développement de systèmes de missiles tactiques opérationnels, et précédemment publié par Raytheon, figurait un schéma général d'un missile Long Range Precision Fires prometteur, qui peut, dans une certaine mesure, correspondre à des solutions réelles utilisées dans l'élaboration d'un projet à part entière. Dans ce cas, le compartiment de tête d'un produit prometteur peut être consacré à des équipements de contrôle, et un volume important derrière celui-ci accueillera une ogive de type cassette ou autre. Une grande partie arrière, qui occupe environ la moitié de la longueur totale de la coque, est destinée à l'installation du moteur. Selon toute vraisemblance, un système de propulsion à propergol solide capable de montrer les caractéristiques de poussée et de temps de fonctionnement requises sera à nouveau utilisé.

Selon les déclarations de responsables directement liés au nouveau projet LRPF, le missile prometteur sera équipé de systèmes de guidage modernes qui offrent un avantage sur les armes existantes. Il a également été mentionné que la fusée peut recevoir un système de guidage autonome basé sur la navigation inertielle avec possibilité de correction basée sur les signaux GPS. En théorie, de tels systèmes de contrôle permettent de fournir un missile balistique avec une très grande précision: la déviation circulaire probable peut être de quelques mètres.

Image

Le lancement d'une fusée prometteuse vue par l'artiste. Raytheon / Raytheon.com

Le principal type de charge utile pour les missiles opérationnels-tactiques de la famille ATACMS est constitué d'ogives à fragmentation équipées de divers types de sous-munitions. Il est possible d'utiliser des éléments à fragmentation hautement explosive, antichars et autres éléments de combat, en grande quantité placés dans un seul corps. Certaines données sur le projet LRPF indiquent que lors de la création d'un nouveau missile opérationnel-tactique, des ogives similaires à celles existantes seront utilisées.

Les premiers rapports sur le développement d'un nouveau missile présentaient des paramètres de portée au niveau des produits ATACMS existants. Selon ces données, un missile prometteur devra être capable de vaincre des cibles à des distances de 75 à 300 km. A présent, de nouvelles informations sont apparues. Il est maintenant avancé que le missile LRPF sera capable d'atteindre des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km, ce qui lui donnera un avantage significatif sur les complexes américains et étrangers existants.

Selon les représentants de la société de développement, le système de missile prometteur conservera les principaux buts et objectifs de ses prédécesseurs. Les lanceurs équipés de missiles LRPF devront attaquer des cibles au sol fixes telles que des aérodromes, des infrastructures militaires, des troupes dans des zones de concentration, etc. Pour des raisons évidentes, l'utilisation de telles armes contre des troupes en marche ou en première ligne semble inappropriée. En augmentant la portée de tir maximale par rapport au système ATACMS existant, l'efficacité au combat et la flexibilité d'utilisation peuvent être améliorées.

Un avantage important du nouveau projet devrait être l'unification maximale avec les systèmes existants et l'utilisation de technologies prêtes à l'emploi. Il est supposé que les missiles tactiques LRPF seront livrés dans des conteneurs de transport et de lancement standard, similaires à ceux utilisés avec d'autres munitions pour le MLRS américain. Cela permettra l'utilisation de nouvelles armes dans les équipements existants, à savoir les véhicules M270A1 et HIMARS. Cette approche préservera l'un des principaux avantages du complexe ATACMS sous la forme de la polyvalence des véhicules de combat tout en augmentant les caractéristiques.

Il est également prévu d'utiliser des idées existantes et des technologies empruntées à d'autres projets. En particulier, il a été mentionné que dans le développement de la fusée Long Range Precision Fires, certains développements sur les systèmes anti-aériens SM-3 et SM-6, créés pour les forces navales, seront utilisés.Malgré le but différent des projets initiaux, certaines idées et solutions peuvent être utiles lors de la création d'un complexe opérationnel-tactique.

Image

Le rôle du complexe LRPF dans la structure des forces de missiles et de l'artillerie. Diagramme de la présentation sur le développement du MLRS

La société de développement mettra plusieurs années à terminer tous les travaux nécessaires. D'ici la fin de cette décennie, il est prévu d'achever les travaux de conception et de commencer à tester le nouveau complexe. La mise en service du système LRPF est prévue pour la première moitié des années vingt. En l'absence de problèmes sérieux, selon les premières estimations des experts de Raytheon, les premiers missiles en série du nouveau type pourront être transférés aux troupes en 2022-2023.

Sur la base des données disponibles, on peut supposer que d'ici le milieu de la prochaine décennie, les forces terrestres américaines commenceront à mettre à jour leurs arsenaux et à maîtriser de nouvelles armes. Le résultat de ces procédés sera très original. Les véhicules de combat relativement anciens, bien que modernisés, pourront utiliser à la fois des missiles non guidés de plusieurs types, créés dans les années quatre-vingt du XXe siècle, et les derniers missiles opérationnels-tactiques. Du point de vue des caractéristiques tactiques et techniques, cela permettra à un même équipement, selon les missions de combat assignées, d'attaquer des cibles dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres avec des munitions adaptées. Une telle polyvalence de l'utilisation des véhicules de combat, combinée aux caractéristiques accrues des missiles LRPF, devrait donner aux troupes certains avantages.

À l'heure actuelle, le projet Long Range Precision Fires en est aux premiers stades de la conception. Des spécialistes de Raytheon et de l'armée américaine travaillent sur les caractéristiques communes d'un système de missile prometteur et sur la formation de son apparence exacte. Certaines des informations les plus générales ont déjà été annoncées, permettant de faire certaines hypothèses. La société de développement aura besoin de plusieurs années pour terminer les travaux en cours, après quoi les essais en vol des missiles débuteront, en fonction des résultats desquels le Pentagone prendra sa décision. Dans le même temps, selon certains rapports, la possibilité n'est pas exclue que de nouveaux développeurs soient impliqués dans le programme LRPF, qui devront créer leurs propres versions de la nouvelle fusée. Ainsi, les résultats réels des travaux en cours ne seront connus que dans quelques années, lorsque le projet viendra à l'essai. Cependant, de nouveaux messages sur l'avancement du projet peuvent apparaître à tout moment.

Populaire par sujet