"Canon perroquet". L'homme et son arme

"Canon perroquet". L'homme et son arme
"Canon perroquet". L'homme et son arme
Anonim
Image

Mais les flashs et les explosions se rapprochent de plus en plus, Ni il n'y a de salut, ni ici, Il y a des murs qui s'effondrent avec fracas, Il y a un hurlement furieux de flamme, Et la ville, bloc par bloc, Envahi par l'herbe pour toujours.

Herman Melville. Ange des marais. Traduction par D. Schneerson

Armes des musées. La publication sur "VO" de l'article "Canon à alésage à facettes" a suscité non seulement une réaction positive de ses lecteurs, mais également des demandes de continuer l'histoire des armes à feu de la guerre civile aux États-Unis. Eh bien, eh bien, ce sujet est vraiment très intéressant. Par conséquent, aujourd'hui, il sera poursuivi. Eh bien, l'histoire de notre matériel concernera les armes à feu de Robert Parker Parrott, ou simplement des « perroquets », comme les appelaient les soldats yankees, puisque le mot perroquet en russe est traduit par « perroquet ».

"Canon perroquet". L'homme et son arme

Commençons par sa biographie, car elle est aussi très instructive. Le futur créateur de canons de son nom est né le 5 octobre 1804 dans la commune de Lee, comté de Strafford, New Hampshire (USA). Il était le fils aîné du célèbre armateur de Portsmouth et sénateur John Fabian Parrott. Sa mère, Hannah Skilling (Parker) Parrott, était la fille de Robert Parker de Kittery, Maine, un constructeur naval et commandant corsaire à l'époque de la guerre d'Indépendance.

Image

Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires à Portsmouth, le jeune Parrott entra à l'Académie militaire des États-Unis à West Point le 1er juillet 1820, dont il obtint son diplôme en 1824, troisième en performance académique sur trente et un cadets de sa classe. Il a reçu le grade de sous-lieutenant, mais a été retenu à l'Académie militaire, où il a servi pendant cinq ans en tant que professeur adjoint au Département des sciences naturelles. Cela a été suivi de deux ans de service de garnison dans l'un des forts près de Portsmouth, il a reçu le grade de premier lieutenant, après quoi, déjà au grade de capitaine, il a été nommé en 1836 à Washington comme chef adjoint du bureau des munitions. Bientôt, ses capacités et ses connaissances ont attiré l'attention de Kemble, président de la West Point Foundry Association, qui a suggéré que Parrot démissionne de l'armée et devienne le directeur de la fonderie (surintendant) de son entreprise.

Image

À peine trois ans plus tard, il succéda à Kemble, acheta un site de 7 000 acres dans le comté d'Orange, New York, et avec son frère Peter y installa la fonderie la plus moderne, qu'il dirigea pendant près de quarante ans. En 1849, il apprit la fabrication secrète du canon rayé de Krupp en Allemagne et concentra son attention sur les canons rayés et leurs munitions.

Image

Pendant plus de dix ans, il a poursuivi ses expériences dans le but de créer un canon rayé efficace qui serait de conception simple et peu coûteux. Le 1er octobre 1861, il a breveté la conception du canon, qui avait une bande de fer forgé sur sa culasse. Une caractéristique unique de l'invention était également un canon constitué d'une barre de fer forgé de section rectangulaire, qui était enroulée et soudée en une seule pièce. Il développa également et le 20 août 1861 fit breveter un projectile pour canons rayés, qui avait un anneau en laiton superposé au projectile et attaché à celui-ci, mais sous l'action des gaz en poudre, il était capable de se dilater et de s'enfoncer dans les rayures du baril. Parrott a offert ses développements au gouvernement à prix coûtant, et avec le déclenchement de la guerre civile, il a reçu d'importantes commandes d'armes à feu et d'obus. Selon les lois du temps de guerre, il était exonéré de l'impôt sur le revenu, mais… il l'a payé et n'a ri que lorsqu'on lui a demandé pourquoi il le faisait.Les canons de Parrott ont participé à la première bataille de Bull Run, et plus tard à presque toutes les batailles importantes, à la fois sur terre et en mer. Ils ont été produits dans différents calibres, de 10 à 300 livres, et on pense que les canons Parrott de 200 et 300 livres étaient les canons rayés les plus redoutables qui aient jamais existé à cette époque. De plus, leur durabilité était nettement supérieure à celle des canons rayés d'Europe.

Image

Avec la fin des hostilités, Parrott a également arrêté la production d'armes. En 1867, il confie la gestion de l'entreprise à son frère, et au printemps 1877 il lui vend sa part du tout, se retire, mais continue à s'engager dans des travaux expérimentaux et fait même breveter plusieurs nouveaux projectiles et fusées améliorés. Après sa retraite, Parrott est resté un membre actif de la société, servant en tant que premier juge de la Putnam County Court de New York, une position à laquelle il devait sans aucun doute son honnêteté et son discernement bien connus. Il décède le 24 décembre 1877.

Image

La construction des canons en acier de Parrott était bonne, mais leurs canons étaient laborieux à fabriquer. Il a donc décidé de le simplifier. Maintenant, le "parrott" standard était un canon en fonte d'une seule pièce, sur lequel un bandage chauffé au rouge sous la forme d'un tuyau d'acier était mis en place avec un ajustement serré. Dans le même temps, le canon était intensément refroidi à l'eau froide, de sorte que le bandage serrait étroitement la culasse du pistolet. Les rainures à l'intérieur du canon ont été utilisées de diverses manières, y compris polygonales. L'inconvénient des canons de Parrott était que le projectile, accélérant dans le canon le long des rayures en spirale, lui arrachait le canon. C'était désagréable, mais encore mieux que si l'arme était déchirée dans la culasse. De nombreux responsables de l'armée n'aimaient pas cette caractéristique des armes de Parrott. Il y a même eu des tentatives pour les interdire dans l'armée, mais il s'est avéré qu'en raison de leur bon marché, il serait très difficile de les remplacer par quelque chose de valeur égale. Il arriva donc que les artilleurs continuèrent à tirer au canon avec la pièce de bouche arrachée, sans y prêter une attention particulière. Bon, sauf qu'ils ont essayé de meuler la partie dentelée !

Image

Comme indiqué, les armes de Parrott allaient du calibre populaire de 10 livres au rare calibre de 300 livres. Des canons de campagne de 10 et 20 livres ont été utilisés par les deux armées, à la fois nordistes et sudistes. Le canon de 20 livres était le plus gros canon de campagne utilisé pendant la guerre, son canon pesant à lui seul plus de 1 800 livres. Les canons de 10 livres ont été produits en deux calibres: 2,9 pouces (74 mm) et 3,0 pouces (76 mm). Cela rendait difficile l'approvisionnement des batteries en munitions, et les confédérés en souffraient particulièrement. Dans le même temps, la portée de tir des deux canons ne différait pratiquement pas et s'élevait à 2000 yards (1800 m). Le projectile avait également le même poids - 4,5 kg, mais le temps de vol jusqu'à la portée maximale était légèrement différent. Le calcul des deux armes à feu se composait de six personnes.

Image

Les forces navales de l'Union ont également utilisé des versions navales des canons Parrott dans les calibres 20, 30, 60 et 100 livres. Un « perroquet » naval de 100 livres pouvait atteindre une portée de 6 900 yards (6 300 mètres) à un angle d'élévation de 25 degrés, et un projectile de 80 livres de 7 810 yards (7 140 m) à un angle d'élévation de 30 degrés.

Image

Les canons Parrott de gros calibre (100 pièces ou plus) ont été utilisés dans la défense côtière américaine de 1863 à 1900, date à laquelle ils ont été remplacés par des modèles plus modernes. Avec les canons de Rodman, ils ont été mis en alerte pendant la guerre hispano-américaine en 1898, car l'armée américaine craignait que la flotte espagnole ne bombarde la côte est des États-Unis.

Image

À l'été 1863, les forces de l'Union tentent à nouveau de prendre Fort Sumter, en utilisant deux canons Whitworth de 80 livres, neuf Parrots de 100 livres, six Parrots de 200 livres et un canon de 300 livres pour bombarder Fort Sumter. On croyait que la pénétration d'un projectile de 10 pouces dans la maçonnerie serait de six à sept pieds, c'est-à-dire que ce ne serait pas bon pour les sudistes. Cependant, malgré d'intenses bombardements, le fort ne se rendit qu'en février 1865.

Image

Au même moment, le brigadier-général fédéral Quincy Adams Gillmore a utilisé le canon Parrott de 300 livres pour bombarder la ville de Charleston du côté des habitants du Nord capturés sur l'île Morris. Du 22 au 23 août 1863, le canon appelé « Swamp Angel » a tiré 36 coups de feu sur la ville; au 36e coup, la muselière s'est détachée. Cet épisode a même été immortalisé en vers - le poème d'Herman Melville, qui s'appelait: "Swamp Angel".

Image

Après la guerre, cette arme endommagée a été transportée à Trenton, dans le New Jersey, où elle est aujourd'hui conservée comme monument dans le parc Cadualader.

Populaire par sujet